French finance expert wins “Centesimus Annus” Foundation Award

French economist and author Pierre de Lauzun is the winner of this year’s “Economy and Society Award” of the Centesimus Annus – Pro Pontefice Foundation.

He was selected in particular for his 2013 book dedicated to a Christian perspective of finance from medieval banking to contemporary financial models: “Finance. Un regard chrétien. De la banque médiéval à la mondalisation financière”.

The prestigious international Award was announced today at a press conference in the Vatican.

During the event presided over by jury members, the winners of the “youth” section of the Award were also announced along with their theses focusing on the importance and influence of the Social Doctrine of the Church on international relations, and on scientific debate.

MORE INFORMATION

***

Pierre de Lauzun est le lauréat 2015 du Prix international « Economie et société » de Centesimus Annus – Pro Pontifice, la fondation vaticane créée par Jean-Paul II en 1993 dans le but de promouvoir la diffusion de la doctrine sociale de l’Eglise. Elle a récompensé l’économiste français pour son ouvrage Finance. un regard chrétien. De la banque médiévale à la mondialisation financière (Embrasure, 2012).

« Ce n’est pas un érudit enfermé dans une bibliothèque, mais un homme qui approfondit depuis des années son expérience professionnelle avec une riche réflexion politique, culturelle et religieuse ». C’est en ces termes que le jury du prix a présenté jeudi l’économiste Pierre de Lauzun. A la lumière de la réflexion des Saintes Ecritures et des Pères de l’Eglise sur les problèmes économiques de leur temps, ainsi qu’à la lumière de la doctrine sociale de l’Église des papes modernes, il détaille dans son ouvrage les problèmes moraux de la finance contemporaine.

Parmi ces problèmes, ceux inhérents à la qualité de la formation des prix, à l’importance d’une vision à long terme, à la réalité de la valeur ajoutée, à la domination des risques collectifs ou encore à l’endettement.

Pour l’économiste, des règles imposées au marché par l’autorité politique sont nécessaires, car la politique a le devoir d’assurer le bien commun. Pierre de Lauzun utilise une image sportive pour se faire comprendre : « le marché a besoin de règles du jeu, et ce n’est pas durant un match que l’on peut les établir ; elles doivent être élaborées avant, en accord avec la logique du jeu ». Mais dans le même temps, chaque système de règles a besoin de pouvoir compter sur la moralité des agents humains. « Sur le long terme, écrit encore Pierre de Lauzun, la moralité permet une plus grande liberté ».

PLUS D’INFORMATION

Leave a Reply